Charte de paysage & d’urbanisme - basse-cerdagne

Le diagnostic


Les limites de la charte de la Basse Cerdagne touchent la frontière franco-espagnole (au Sud) et l’Ariège (au Nord) :
➽ au Nord, le Puig Péric et le Carlit ; au Sud, le pic de Dorria et le Puigmal d’Err ;
➽ toujours au Nord, de nombreux lacs d’altitude (2 300 m) dont le lac des Bouillouses, et à l’extrémité, l’étang de Lanoux ;
➽ à l’Est, la rivière d’Angoustrine.

Son périmètre est constitué de douze communes : Estavar, Saillagouse, Err, Angoustrine-Villeneuve-des-Escalades, Dorres, Ur, Bourg-Madame, Sainte-Léocadie, Nahuja, Osseja, Palau-de-Cerdagne et Vallcebollère ; et s’étend sur une superficie totale de 24 166 hectares pour une population avoisinant les 7 000 habitants.
Les plus petites communes sont Nahuja et Estavar ; la plus grande, Angoustrine.
La Basse Cerdagne est une charte où l’histoire et la géographie y sont très marquées.

Un paysage haut en couleurs

En venant de la vallée de Carol, c’est à partir de Ur que commence l’analyse paysagère. Ur, dans son vallon, est dominé par le vert : les prairies sur la route vers Bourg-Madame.
La route traverse une plaine ouverte et permet de voir loin et de suivre les couleurs claires des villages, la tour monumentale de Thémis et la masse sombre de la forêt de Font-Romeu.
Ensuite, d’autres couleurs nous attirent, des roses, des saumons et vert olive d’une vallée profonde sous Odeillo et Via.

Depuis longtemps, le territoire est attractif

« La région des Bouillouses, avec ses étangs, son paysage de roches moutonnées et polies, témoigne plus que tout autre dans les Pyrénées, de l’action des anciens glaciers. La Cerdagne s’adosse au sud à la chaîne du Puigmal qui se prolonge en Espagne par la Sierra del Cadi ».

Une analyse à partir de la route 

En venant de Ur, on longe par le Nord la rivière d’Angoustrine que l’on franchit dans le village du même nom. Avant l’entrée dans le village de Targasonne, non loin du chaos de granit et de l’ancienne centrale solaire de Thémis, on peut apercevoir les voiles colorées des parapentes au-dessus de la Solana, paysage aride dépourvu de massifs forestiers.

La route débouche plus loin sur le col d’Egat et un de ses accès permet une descente vertigineuse vers Estavar. Les ruisseaux forment un important chevelu, bien que les deux dominants soient le Rec de l’Estahuja et l’Angust. Tous deux se rejoignent dans le Sègre au bas du village et en limite de Llivia.

De là, la route prend la direction de Saillagouse. Au niveau du hameau de Ro, on peut entendre le petit train jaune sans le voir.

Les paysages agricoles

Jouissant d’un ensoleillement exceptionnel, la Cerdagne obtient de belles récoltes de céréales. De belles forêts de Pins (sylvestres et à crochets) couvrent les pentes des montagnes qui l’encadrent. Parmi les arbres fruitiers, ce sont les pommiers et les poiriers qui peuvent s’adapter le mieux à pareille altitude.


L’élevage s’est beaucoup développé grâce aux prairies de fauche et aux nombreux pâturages. Le cheval fait également partie des caractères essentiels de la Cerdagne et de ses paysages. Les paysages agricoles accompagnent le visiteur par des échappées visuelles (à Bourg-Madame) ou en traversant les villages (comme par exemple à Palau-de-Cerdagne)

Les dominantes 

➽ l’élevage, les prairies, avec leurs clôtures de granit à Ur ou à Sainte-Léocadie, les paysages de vallées et de bocages ;
➽ de nombreuses estives (au sud et au nord), landes, prairies irrigables à enjeux forts de Llo à Bourg-Madame et Ur ou Sainte-Léocadie.

La question des mutations de l’espace est importante : les évolutions récentes des paysages sont essentiellement le reflet des changements d’occupation du sol. Les communes sont passées d’une dominante rurale à un paysage de plus en plus résidentiel, touristique et péri urbain.
L’analyse des mutations permet de mieux comprendre les évolutions des paysages, et ainsi d’agir sur les évolutions souhaitées ou probables.

Une évolution favorable à la biodiversité : agriculture, climat, espèces méditerranéennes et montagnardes

Particularité de la vallée d’Osseja : l’altitude associée aux influences climatiques méditerranéennes en fait un site intéressant notamment par la présence de Chênes pubescents.

La vallée d’Eyne est marquée par une réserve naturelle.

La vallée d’Err offre des perspectives impressionnantes sur la Cerdagne.

Llo abrite un patrimoine bâti sur chacun de ses pitons : la tour, la chapelle San Feliu, tandis que le fond de vallée permet de rejoindre l’Espagne par le col de Nuria.

Les pelouses sont fréquentes sur les crêtes du Puigmal.



Dossier de restitution : Nathalie DUMONT FILLON et Xavier DAURES;
Crédit photographique : Nathalie DUMONT FILLON, Xavier DAURES et Nicolas PETTINI;
Coordination : Parc naturel régional des Pyrénées catalanes;
Comité de pilotage composé des élus de la Commission urbanisme et aménagement et de monsieur Grégoire VALLBONA - Maire d’Egat,
Vice-président du Parc et Président de la Commission urbanisme et aménagement ;
Soutien technique et financier : Conseil Général des Pyrénées Orientales, du Conseil Régional de Languedoc Roussillon, de l’Europe et du programme LEADER +, de l’Etat et notamment de la DIREN Languedoc Roussillon ainsi que de l’ensemble des partenaires du Parc : DDE 66, DDAF 66, Chambre d’Agriculture 66, ONF 66, RTM 66, CAUE 66, SDAP 66, SAFER Languedoc Roussillon, Odit France.