Charte de paysage & d’urbanisme - cerdagne

L'encart du randonneur


Dans le massif du Campcardos

Le massif du Campcardos, qui s’étend à l’Ouest du Parc des Pyrénées catalanes, est parcouru par une superbe vallée et dominé par un sommet remarquable. L’itinéraire emprunté ici débute au niveau du village Porta (1 500 m d’altitude) et suit en partie le GR7 (sentier balisé rouge et blanc) jusqu’à la Portella Blanca d’Andorra. Il faut compter une dizaine d’heures de marche et une bonne dose d’efforts pour en parcourir l’ensemble…
Jonction de la vallée du Campcardos et de la vallée du Carol.

Le sentier s’élève rapidement dès le départ de la randonnée à travers la forêt de feuillus qui recouvre la jonction entre la vallée suspendue de Campcardos et la vallée principale du Carol. On se trouve en fait sur un ancien chemin muletier, toujours recouvert par les pavés de granite. Les murets de pierres sèches courent tandis que les troupeaux en estive (bovins et ovins) pâturent sur les herbages de la vallée.
On pourra longuement admirer le Pic de Peiraforca, qui domine majestueusement la vallée. L’emprunte de l’homme s’estompe au fur et à mesure de la progression. Les constructions de pierres finissent par disparaître à hauteur de l’Estany Gros, seul plan d’eau de la vallée. Après cet étang, le randonneur arrive au niveau d’un large replat où serpente le cours du Campcardos et où paissent quelques chevaux.

Deux options peuvent alors être envisagées : soit poursuivre en direction de la Portella Blanca d’Andorra, soit prendre plein Sud, hors sentier, en direction du Puig de Campcardos. Dans la seconde option, un sentier vaguement caime guide le randonneur à travers les rhododendrons et les énormes blocs de granite qui occupent l’ancien cirque glaciaire.


Dominé par un impressionnant piton rocheux (le Roc Colom), le paysage devient très minéral. On atteint assez rapidement la Portella de Meranges, col étroit où la borne frontière 428 marque le passage de la frontière entre la France et l’Espagne. Il reste alors moins de 300 m pour atteindre le Pic qui surprendra le randonneur par sa physionomie : un simple affleurement de blocs rocheux plantés à l’oblique dans un socle presque plat.

Avec ses 2 905 m d’altitude, il arrive en troisième position du trio de tête des plus hauts sommets des Pyrénées orientales. Le Puig de Campcardos se montre aussi être un fabuleux belvédère sur le massif du Carlit, la Cerdagne, la Serra del Cadi et même les Hautes Pyrénées…
Une longue descente attend alors le randonneur pour retrouver le fond de la vallée… Les plus motivés pourront prendre la direction de la Portella Blanca d’Andorra, un petit col très accentué marquant la frontière entre la France, l’Espagne et l’Andorre.



Dossier de restitution : Nathalie DUMONT FILLON et Xavier DAURES;
Crédit photographique : Nathalie DUMONT FILLON, Xavier DAURES et Nicolas PETTINI;
Coordination : Parc naturel régional des Pyrénées catalanes;
Comité de pilotage composé des élus de la Commission urbanisme et aménagement et de monsieur Grégoire VALLBONA - Maire d’Egat,
Vice-président du Parc et Président de la Commission urbanisme et aménagement ;
Soutien technique et financier : Conseil Général des Pyrénées Orientales, du Conseil Régional de Languedoc Roussillon, de l’Europe et du programme LEADER +, de l’Etat et notamment de la DIREN Languedoc Roussillon ainsi que de l’ensemble des partenaires du Parc : DDE 66, DDAF 66, Chambre d’Agriculture 66, ONF 66, RTM 66, CAUE 66, SDAP 66, SAFER Languedoc Roussillon, Odit France.